L’évolution de Harry Potter

Avec la sortie du dernier volet de la série Harry Potter ce vendredi, je me suis dit que ce serait le bon moment pour faire un récapitulatif de la franchise cinématographique parmi les plus lucratives de l’histoire du cinéma.

Comme on le sait, les films Harry Potter, qui ont été par Heyday films et distribués par Warner Brothers, sont inspirés de romans de JK Rowling sortis de 1997 à 2007. Les sept tomes de la série ont donné huit films au grand écran, le dernier roman étant divisé en deux volets au cinéma, et c’est cette conclusion qui sort vendredi.

Le premier film, Harry Potter and the Philospher’s Stone, est sorti en 2001. Il a été réalisé par Christopher Columbus avec un budget de 125 millions de dollars. À la demande de l’auteure des romans, l’ensemble de la distribution devait être Britannique, comme elle. Seulement quatre acteurs n’étaient pas Britanniques. Le film a engendré des revenus de 974 millions de dollars et récolté trois nominations aux Oscars, mais aucun prix à la prestigieuse cérémonie.

Chris Columbus n’a toutefois pas réalisé tous les volets. Il a cependant réalisé le deuxième film, Harry Potter and the Chamber of Secrets, sorti en 2002. Le tournage de celui-ci a débuté trois jours après la sortie du premier film. La sortie du film était si attendu que des billets étaient vendus un mois à l’avance en Grande-Bretagne et, à une époque où You Tube n’existait pas, plusieurs fans impatients étaient allés voir le film Scooby Doo au cinéma que pour voir la première bande-annonce officielle du film. Le film était doté d’un budget de 100 millions de dollars et a atteint des recettes de 878 millions.

C’est à partir du 3e film qu’il y a eu un changement de réalisateur, mais Chris Columbus est resté en tant que producteur exécutif. C’est le mexicain Alfonso Cuaron, qui venait de réaliser Y Tu Mama Tambien quelques années plus tôt, qui a pris les rênes de la franchise à partir de 2004 pour le troisième film, Harry Potter and the Prisoner of Azkaban. Dans ce volet, on suit Sirius Black qui s’évade de la prison d’Azkaban dans le but de retrouver et tuer Harry Potter. On embarque vraiment dans des sujets plus glauques à compter de ce troisième volet. Ce volet, qui avait un budget de 130 millions et qui en a récolté 795 au box office, a été nommé pour 2 Oscars, meilleure musique et meilleurs effets visuels. À noter que c’était aussi le premier HP à sortir en format IMAX. Signe que le film traversait des époques technologiques, ce fut aussi le dernier de la série à sortir en format VHS.

Le quatrième film, Harry Potter and the Goblet of Fire est sorti quant à lui en 2005. Harry y est âgé de 14 ans, trois ans trop jeune pour participer au Tournoi des Trois Sorciers, mais il y participe quand même. Il le gagne en plus. C’est le Britannique Mike Newell qui prend la relève d’Alfonso Cuaron. Newell a réalisé auparavant Donnie Brasco et Four Weddings and a Funeral. On change donc de registre ici. Continuant l’ingérence qu’elle pratiquait depuis le début de la franchise, JK Rowling a exigé que les participants étrangers du Tournoi des trois Sorciers soient interprétés par des acteurs originaires des pays respectifs par souci de réalisme. Parmi les autres petits détails intéressants, c’est le compositeur Patrick Doyle qui compose la musique originale. Il a succédé à la légende John Williams, qui avait composé la musique des trois premiers films. C’était aussi le premier à avoir la mention 13 ans et +. Il y a eu un changement de ton, dans l’ambiance et la musique. Alors que les premiers films s’ouvraient avec une scène d’Harry, ce film débute avec une scène dans l’entourage de Voldemort. Le film a reçu une nomination aux Oscars pour la direction artistique, sans gagner le prix. Doté d’un budget de 150 millions de dollars, près de 900 millions ont été récoltés au box office mondial.

On passe ensuite au dernier réalisateur de la série, David Yates, qui a réalisé les films 5 à 8. Dans le cinquième, Harry Potter and the Order of the Phoenix, on suit Harry et ses amis dans leur préparation à la grande guerre qui se prépare face aux forces du mal. Sorti en 2007, le film a récolté 938 millions au box-office pour un budget de 150 millions. Et comme pour le deuxième volet, plusieurs fans finis ont été voir le film qui présentait la première bande-annonce officielle, Happy Feet. Malgré le fait que le livre soit le plus long de la série, c’est le film le plus court de la franchise.

Le film suivant, Harry Potter and the Half-Blood Prince, est sorti en 2009. On fait un retour au Quidditch, le sport favori des sorciers, absent du 5e volet. Il a reçu une nomination aux Oscars pour la meilleure cinématographie. Encore une fois, pas de gain pour HP à ce niveau-là. Contrairement aux autres volets, le budget d’opération a explosé. On est passé de 150m$ à 250m$, mais les revenus ont été sensiblement identiques au précédent volet, 933m$.

Avant de passer aux derniers volets pour conclure, juste un petit détail amusant. Pour éviter les brèches et les fuites dans les médias ou sur Internet, les artisans du film identifiaient toutes les pièces, accessoires ou bobines sous un faux titre. Pour le Prince de sang-mêlé, c’est Champion, alors que Tip-Top ou Radiator Blues ont été employés pour d’autres.

On arrive finalement au dernier tome de la série, Harry Potter and the Deathly Hollows, qui se divise en deux films au cinéma. Pour la première fois depuis le début, JK Rowling agit à titre de productrice pour le film au budget de 250m$. C’est aussi le premier film dans lequel on ne voit pas du tout Poudlard. On y suit Harry et ses amis qui cherchent à détruire les Horcruxes dans le premier volet. Celui-ci a récolté des recettes a 966m$ et récolté deux nominations aux Oscars pour la direction artistique et les effets visuels.

Si on se rappelle bien des premiers films du Seigneur des anneaux, malgré les nominations aux prestigieuses récompenses, le film n’en gagnait pas vraiment avant de tout rafler avec le dernier film de la trilogie. C’est peut-être ce qui attend les artisans de HP, qui pourraient être récompensés pour l’ensemble de l’œuvre.

La deuxième partie et grande conclusion de cette saga sort en salles ce vendredi. Ce sera le seul de la série à sortir en 3D.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s