Touchant fils à Jo

« Je n’ai jamais vécu ce type de relation ni avec mon père, ni avec mon fils qui joue, lui, au foot. C’est d’ailleurs en l’accompagnant un jour à un match que j’ai assisté à une scène à la fois pathétique et comique où un père a passé son temps à pourrir son môme, gardien de but, parce qu’il avait pris un but casquette. Il était là mon sujet, » explique Philippe Guillard, scénariste et réalisateur d’un film où amour et amitié fraternel et paternel se rencontrent sur un terrain de rugby. Le fils à Jo est sorti en salle au Québec le 10 février 2012 alors qu’il était déjà sorti en France depuis le 12 janvier 2011.

Gérard Lanvin campe Jo Canavaro, père de Tom mais avant tout, descendant d’une lignée de joueurs émérites de rugby. Jo Canavaro désire autant de succès pour son fils, qui vit mal la pression exercée par son père. Afin de transmettre sa passion à son fils, Jo crée une équipe de rugby formée de camarades de classe de Tom avec l’aide de ses amis anciens joueurs. Père et fils se rapprocheront à travers ce sport qui finalement les réunira.

Dès le début du projet, le réalisateur Philippe Guillard a tout de suite pensé à Gérard Lanvin pour jouer Jo Canavaro parce qu’il ressemblait à l’image qu’il avait du personnage. D’ailleurs, l’acteur avait joué du ballon ovale pendant près de dix ans.

Le choix de Jérémie Duvall, l’acteur incarnant Tom a été fait à la suite d’auditions générales à travers la France. « Quand je lui ai demandé qu’il me raconte le plus beau et le plus dur moment de sa vie, j’ai ressenti que ce gamin se trimballait avec un passé, qu’il avait une épaisseur. Il était celui que je cherchais, » confie Philippe Guillard.

Les comédiens soutenant Gérard Lanvin à titre d’amis de Jo, Olivier Marchal et Vincent Moscato avaient déjà joué ensemble dans le film 36 Quai des Orfèvres. Gérard Lanvin avait tourné avec Vincent Moscato dans le long métrage À la petite semaine mais n’avais jamais joué avec Olivier Marchal en raison d’un froid long datant de plus de 20 ans. En effet, Lanvin avait traité de « sale merde » un scénario de Marchal. Le fils à Jo a été la parfaite occasion d’enterrer la hache de guerre.

Le fils à Jo témoigne d’une amitié fraternelle et paternelle des plus réalistes, qui est d’autant plus touchant par les émotions que rend avec justesse le jeune comédien Jérémie Duvall. Il réussit à faire pleurer et à faire rire. La chimie entre les deux acteurs, crée une relation père-fils où tous peuvent s’identifier. Il y a une atmosphère de fête et d’amitié qui se ressent facilement à l’écran. Petit bémol quand au fait que le long-métrage porte sur le rugby mais l’action n’est pas autant au rendez-vous que l’est l’émotion. On aurait aimé avoir plus de jeu dans le film !

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s