Happythankyoumoreplease

Crédit - Anchor Bay Films

Avec: Josh Radnor, Malin Akerman, Tony Hale, Kate Mara, Zoe Kazan, Pablo Schreiber, Michael Algieri

Réalisation et scénario: Josh Radnor

Écrivain à la recherche d’une maison d’édition pour son dernier chef-d’œuvre, Sam Wexler (Josh Radnor) croise sur sa route un jeune garçon qu’il croit séparé de sa famille. En bon citoyen ou en homme généreux, il le prendra sous son aile le temps de figurer ce qu’il doit en faire, puisque le jeune refuse d’être laissé aux services sociaux. Apprenant qu’il a déjà été placé dans six familles d’accueil, Sam accepte de le garder chez lui. Le jeune Rasheen fera donc irruption dans la vie sans dessus-dessous de l’auteur et dans son cercle d’amis où rien ne va : sa meilleure amie Annie (Malin Akerman), atteinte d’une déficience immunitaire, a honte de son physique, c’est sans doute pourquoi elle se laisse toujours tomber en amour avec le mauvais garçon, celui qui l’utilisera et la jettera. Sa fausse cousine, Mary-Catherine (Zoe Kazan) et son copain Charlie (Pablo Schreiber) sont en amour, mais ce qui les unit à New-York sera-t-il assez fort pour ne pas les séparer, alors que Charlie est appelé à travailler à Los Angeles? Et il y a Mississippi (Kate Mara), cette belle et radieuse serveuse, chanteuse en devenir, qui confrontera Sam à sa peur de s’engager.

Crédit - Anchor Bay Films

Écrit, réalisé et porté par Josh Radnor (How I Met Your Mother), Happythankyoumoreplease est une hymne à toute une génération. Une lignée de gens dans la fin vingtaine, fiers d’habiter dans la plus belle ville du monde, New-York, mais aussi perdus dans la mer des possibilités. S’ils ne savent pas trop où ils s’en vont, les personnages du premier long-métrage de Radnor savent qu’ils sont dans une ville où tout est possible, mais en profitent-ils vraiment? Comédie mêlant dramatique et romance, ce film offre une écriture honnête et réfléchie, démontrant le talent réel de Josh Radnor. S’il nous fait réfléchir sur la vie, Happythankyoumorepleasen’est toutefois pas parfait : empreint d’une grande naïveté, il nous laisse avec l’idée que du moment qu’on est plein de bonne volonté, il est acceptable de kidnapper un enfant. Que lorsqu’on est ravagé par la maladie, il est normal qu’on se lance à fond dans la vie en s’oubliant, en se négligeant. Que la vraie beauté est extérieure, malgré les années passées à dire le contraire aux nouvelles générations.

Crédit - Anchor Bay Films

Mais au final, ce premier film de Josh Radnor impressionne tout de même, par l’espoir qu’il laisse planer à la toute fin. L’avenir est là, devant, il faut simplement savoir en devenir maître. Il faut sortir et aller se faire aimer, parce qu’on le vaut bien. Un feel-good movie, Happythankyoumoreplease nous laisse aussi avec des performances d’acteurs intéressantes, à commencer par le jeune Michael Algieri, qui joue ici dans son premier film, puis la mannequin et actrice canado-suédoise Malin Akerman, qui prouve qu’elle n’est pas seulement qu’une belle femme. Bref, c’est un film bien senti, bien écrit, bien joué, bien, quoi. Un film bien.

Crédit - Anchor Bay Films

Publicités

2 réflexions au sujet de « Happythankyoumoreplease »

  1. Attention je vais révéler des punchs du film!

    J’ai vraiment beaucoup aimé. Avec un sujet aussi souvent exploité, le scénariste et réalisateur, Josh Radnor aurait facilement pu tomber dans le cliché, mais je trouve qu’il a habilement réussi à éviter les plus classiques. Son personnage d’auteur célibataire qui ne réussit pas très bien n’est pas un loser fini comme c’est souvent le cas. Il sait comment parler aux filles, il a assez confiance en lui pour aborder Mississippi sans (trop) se mettre les pieds dans les plats. Il le fait naturellement, comme à peu près n’importe qui le ferait (en demandant un verre d’eau pour Rasheen, en se présentant et en lui disant qu’il reviendra la voir, ce qu’il fait). Il n’est pas déprimé, ne passe pas ses soirées tout seul au bar, il ne maudit pas sa vie. Il ne réussit pas tellement dans son domaine, mais il n’abandonne pas non plus.
    Mississippi, même si elle est le classique des filles du centre des États-Unis qui viennent vivre dans la métropole, n’est pas un cliché non plus. Elle est un peu réticente à s’ouvrir à Sam, mais une fois qu’elle le fait, on sent qu’elle va rester. Il n’y a pas de coupure définitive où il doit VRAIMENT la réconquérir. Elle hésite, mais elle n’a pas besoin de grand-chose pour retomber dans ses bras.
    Si la fille qui sort toujours avec le mauvais gars, mais finit avec le bon est déjà vu, le fait de l’aborder avec une fille malade qui a tout de même l’air relativement bien dans sa peau apporte quelque chose d’original. Le personnage de Sam #2 est un peu plus conventionnel par contre. Quoique le retournement de situation à la fin est pas mal du tout.
    J’ai aussi aimé que la question de déménager à L.A. ou non ne brise pas le couple Mary Catherine/Charlie. Et la nouvelle de la grossesse non plus, alors que ça aurait facilement pu. Ils ont des moments difficiles, mais ils sont plus importants que tout pour l’autre. Ça se voit.
    Et finalement, oui, le genre de kidnapping de Rasheen par Sam est un peu bizarre et pas tellement réaliste, mais il y a plusieurs trucs dans le film qui ne le sont pas. Ce n’est pas un film policier sur un désiquilibré qui enlève un enfant, mais une belle histoire un peu naïve qui montre que le bonheur est souvent beaucoup moins loin que ce qu’on croit. Ce n’est pas amené avec une morale du genre « Quand on veut on peut », c’est amené en toute simplicité, avec l’espoir certainement un peu trop idéaliste qui caractérise souvent les jeunes dans le vingtaine.

    Tu as raison. Un feel-good movie. Un film bien. Très bien, même.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s