Intouchables ou du bonbon pour le coeur

Intouchables (112 minutes, France)

Réalisation: Olivier Nakache, Éric Toledano

Avec: François Cluzet, Omar Sy, Anne Le Ny, Audrey Fleurot

Il y a quelques années, les réalisateurs Olivier Nakache et Éric Toledano (Je préfère qu’on reste amis, Nos jours heureux, Tellement proches) regardent un documentaire sur la drôle de relation qui unit Philippe Pozzo di Borgo, riche tétraplégique, principal dirigeant de la maison de champagne Pommery, à Abdel Sellou, algérien d’origine, issu des banlieues de Paris, et sortant tout juste de prison.

Nakache et Todelano ont rencontré les deux hommes à quelques reprise, et on lu Le second souffle, récit dans lequel Philippe raconte son accident, le décès de sa femme, sa profonde dépression et sa lente agonie, jusqu’à ce qu’Abdel revienne mettre un peu de couleur dans sa vie. Attiré par cette histoire d’amitié qui s’est développée entre Pozzo di Borgo et Sellou, le duo a eu la bénédiction des principaux intéressés pour réaliser le film qu’il avait en tête. À la condition que ce soit une comédie, demande toutefois Philippe.

En 2011 arrive donc sur les écrans français Intouchables, à ce jour deuxième film le plus populaire de France, immédiatement après Bienvenue chez les Ch’tis.

Philippe, interprété par François Cluzet passe des entretiens d’embauche, afin de trouver celui qui deviendra son nouvel auxiliaire de vie. À cet entretien se présente Driss (Omar Sy), jeune délinquant sortant de prison et demandant une signature pour obtenir ses Assedic. Driss est paresseux, sans pitié, inconscient, immature, irresponsable et a réponse à tout. Philippe le prend à l’essai, et une forte amitié se développera entre eux. Philippe initiera Driss à l’art contemporain et à la musique classique, alors que Driss fera comprendre à Philippe que malgré tout, une vie l’attend et qu’il doit apprendre à prendre des risques.

Fort du succès qu’il a connu en France, on promet déjà à Intouchables un remake américain, avec nul autre que Colin Firth dans le rôle de Philippe. Un remake américain? Vraiment? Intouchables deviendra-t-il le nouveau Dîner de cons, qui a eu droit à sa version Hollywood il y a quelques années? Espérons que non. Il faut dire que Philippe Pozzo di Borgo était un peu frileux à l’idée de faire un film de sa vie. Que pense-t-il d’un projet américain? C’est sans doute pour cette raison que les réalisateurs n’ont pas cédé tous les droits. Ils se sont gardé un droit de regard sur ce que feront les américains. Mais si le projet aboutit réellement, Colin Firth (encore une fois, si c’est vraiment lui qui est choisi) pourrait probablement sauver la donne.

Intouchables est un petit bijou, une surprise sortie de nulle part, un film-bonbon qui fait du bien, qui fait rire, qui touche, qui émeut et qui fait pleurer. Un film sur une belle amitié comme on voudrait tous en vivre une, un lien privilégié entre deux hommes en marge de la société.

Je vais tomber une deuxième fois dans le commentaire éditorial qui m’attirera peut-être les protestations de certains. Omar Sy méritait amplement son César. Plus que François Cluzet, plus que Jean Dujardin. Quoi? François Cluzet ne peut pas bouger, tout son jeu passe par ses yeux, blablabla. Oui, je suis d’accord. Sa réputation est faite. François Cluzet est un très bon acteur, et il ne fait que confirmer cela dans Intouchables. Mais Omar Sy apporte un petit je-ne-sais-quoi de complètement craquant. Il est celui qui fait le plus rire, et qui touche le plus. Celui qui, par la naïveté et l’insouciance de son personnage, nous fait sentir les vrais sentiments qu’il ressent à l’égard de son ami. Et à ceux qui diront que Jean Dujardin a gagné partout ailleurs, et que pour les raisons qu’on connait méritait ce prix aussi, je dirais qu’Omar Sy dans Intouchables, c’est Jean Dujardin dans The Artist, avec la parole en plus. Je suis bien contente que pour une fois, l’Académie (peu importe laquelle) ait surpris par son choix inattendu.

Courrez voir Intouchables, et laissez-vous emporter par cette histoire.

(Critique complète et entrevue avec Olivier Nakache et François Cluzet à l’émission du 11 avril 2012)

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s