Une nouvelle mode : la grossesse

17 FILLES (France, 2011)

Avec : Louise Grinberg, Juliette Darche et Roxane Duran

Réalisation : Delphine et Muriel Coulin

Une jeune fille, Camille, dans une école secondaire en France, tombe enceinte par accident. Ses 4 amies proches, bouleversées, décident de faire un pacte et de tomber enceintes elles aussi. Dans l’école,  un mouvement se crée, jusqu’à ce que 17 filles soient enceintes dans le même établissement. Ça bouleverse la direction, les familles et ça fait les manchettes.

Ce qui est intéressant, c’est que c’est inspiré d’une histoire vraie. Ça s’est passée en 2008 aux États-Unis, Massachusetts, dans la ville de Gloucester, à 50 km de Boston.

Selon Christopher Farmer, le surveillant général de l’école, la plupart de ces filles «manquent d’amour-propre et d’affection dans leur vie».  Selon lui, le contexte socio-économique de Gloucester rentre en compte : depuis quelques années, la ville de 30 000 habitants a été frappée par une crise économique et de nombreux licenciements. «Les familles sont détruites, beaucoup de ces jeunes grandissent sans repères», explique-t-il. (Source : Le Figaro)

Pourquoi mettre cette histoire au grand écran? Les réalisatrices expliquent ce qui les as attirés dans le fait divers et la similarité entre Gloucester et la ville de Bretagne où elles ont grandies.

Le déclic c’est la lecture du fait divers, dans la presse, où c’était juste deux lignes sur 17 filles qui décidaient de tomber enceinte en même temps. Et on s’est dit c’est une histoire incroyable, essayons d’y réfléchir. D’autant que justement, ça recroisait des thèmes qu.on avait déjà creusés dans nos courts métrages, qui étaient le corps, la féminité, le fait que le temps n’est pas compté de la même façon pour les femmes et pour les hommes. Et du coup, à l’intérieur de ce fait divers, on avait l’impression d’avoir tous nos thèmes possiblement explorés, et on s’est dit qu’on allait creuser un peu plus.

Ce qui était assez remarquable dans ce fait divers, c’est que 18 filles (parce qu’il y en a 18 dans le vrai fait divers) venaient d’origines sociales assez variées et on a gardé ça aussi. La ville où ca s’est passé en vrai c’est Gloucester dans la Massachusetts. La ville qu’on a mis c’est Lorient en Bretagne, et c’est comme deux villes jumelles de part et d’autre de l’Atlantique. Elles ont à peu près la même taille, le même type d’activité économique en complet déclin. Du coup, quand on a 15 ans dans l’une ou l’autre de ces villes, on s’ennuie un peu, enfin franchement on peut le dire. On avait l’impression de comprendre ces filles et d’imaginer pourquoi elles s’étaient lancées dans cette utopie collective.

(Extraits d’une entrevue à Canal Plus)

Dans ce fait divers, il y a vraiment une réflexion qui mérite d’être porté au grand écran. Les filles sont attachantes, l’histoire est originale et capte l’attention. Toutefois, ce qui fait que c’est intrigant, c’est que c’est inspiré d’un fait réel. Ce qui est troublant, c’est que c’est déjà arrivé.

À mon goût personnel, c’est un peu trop lent, les plans sont longs et il manque de rythme. Plus d’explication et de critique de la situation aurait été souhaitable. Mais c’était aussi une volonté des réalisatrices, «de ne pas tomber dans le côté catho-moralisateur avec lequel on avait tenté de comprendre l’affaire aux États-Unis. » (Source : Le Figaro)

Le film nous laisse sur notre appétit. J’aurais voulu en savoir plus sur l’après-grossesse. Qu’est-ce qui est arrivé avec ces filles? Comment se déroule la vie de mère? Comment elles s’en sortent ?

Et les gars dans cette histoire? Ils sont au courant de la volonté des filles, mais on ne sait pas ce qu’ils en pensent. Certains couchent avec ces filles, sans protection, en sachant qu’il y a un mouvement dans l’école. Souhaitent-ils être impliqué dans la vie de l’enfant, cherchent-ils à convaincre les filles de se faire avorter? Encore une fois, cela peut aussi s’expliquer par une volonté de démontrer que les jeunes filles ne considèrent aucunement le point des jeunes hommes dans leur réflexion.

L’impression générale du film est plutôt positive, alors qu’il y a un véritable problème derrière ce fait réel, qu’on aurait voulu être seulement une histoire de cinéma.

(Critique de l’émission du 7 mai 2012)

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s