Be Kind, Rewind!

Crédit – Focus Features

BE KIND REWIND (Co-production France et États-Unis, 102 minutes)

Avec: Mos Def, Jack Black, Danny Glover, Mia Farrow, Melonie Diaz et Sigourney Weaver.

Réalisation et scénario: Michel Gondry

«You name it, we shoot it!»

Le slogan de ce film de 2008 résume bien ce que les personnages de Jerry (Black) et de Mike (Mos Def) sont contraints de faire après que Jerry ait malencontreusement été magnétisé. Alors que M. Fletcher (Glover), le patron du magasin de location de vidéos dans lequel Mike travaille, part en voyage, Jerry efface avec son magnétisme tous les films de l’endroit. Afin de s’assurer que la vieille dame Falewicz, qui parle à M. Fletcher tous les soirs, ne se rende compte de rien et que le vieil homme ne se fasse pas de soucis plus qu’il n’en a déjà, Mike et Jerry se lancent dans la réalisation de remakes amateurs de tous les grands classiques sur VHS que contient la boutique Be Kind Rewind. Avec l’aide d’Alma (Diaz) et du mécanicien Wilson (Irv Gooch), ils s’armeront de costumes, de décors et d’effets sonores de plus en plus sophistiqués pour recréer d’abord Ghostbusters, puis Driving Miss Daisy, en passant par Robocop et Lion King.

Crédit – EuropaCorp Distribution

C’est avec une grande curiosité que j’ai regardé ce film au scénario loufoque, mais tout à fait original. Du même réalisateur que Eternal Sunshine of the Spotless Mind, Be Kind Rewind ne déçoit pas et est un divertissement aussi intéressant qu’inspirant. En recréant autant les films les plus populaires que les grands classiques du cinéma, Jerry et Mike font non seulement preuve d’une créativité sans borne, mais ils font également en sorte qu’on découvre – ou redécouvre – des chefs-d’œuvre. En accéléré, certes, mais la table est mise par Michel Gondry et le reste du travail nous appartient. Je l’avoue, j’ai «Googlé» Fats Waller pour en connaître davantage sur ce musicien jazz dont on parle beaucoup dans le film. Je me suis aussi dit «Driving Miss Daisy! Quand ça va repasser à la télé, il ne faut pas que je le manque!» et aussi «Hey, je n’ai jamais vu ça 2001 : A Space Odyssey, il faudrait bien!».

Crédit – EuropaCorp Distribution

Davantage qu’une inspiration pour se créer une liste de films à voir, Be Kind Rewind est inspirant de par son caractère rassembleur. Les films de Jerry et de Mike deviennent si populaires que ces-derniers sont reconnus dans la rue et que la boutique de M. Fletcher accueille des centaines de nouveaux clients. Ils pourraient sauver le magasin grâce à leurs profits, ils pourraient sauver la ville grâce à l’union nouvelle de la communauté de Passaic, New-Jersey. Tout est possible, tant qu’on reste ouverts d’esprit et créatif. Tout est possible quand on s’unit, ensemble, pour une cause qui nous tient à cœur.

Be Kind Rewind, c’est un pur divertissement, bourré d’espoir, de rêve et de fantaisie. Il n’est bien sûr pas parfait, surtout pour moi qui n’ai jamais été fan du travail de Jack Black (Mos Def est particulièrement bien dans ce film, par contre.). Mais il est drôle, surprenant et surtout, original. C’est, comme à l’habitude de Gondry, un univers tout particulier qui est créé et si vous n’aimez pas, soyez sympas, rembobinez, et écoutez de nouveau, ça vaut le coup!

Publicités

Une réflexion au sujet de « Be Kind, Rewind! »

  1. Effectivement, une très belle oeuvre de Michel Gondry (une de plus devrait-on dire). Pour ma part, je considère ce film comme un véritable bijou de mise en abyme. Le cinéma nous montre le cinéma à sa façon. C’est riche, inspirant et inspiré 🙂

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s