Retour sur les suggestions du 14 mai 2012

Il semblerait que je me suis fait jouer un  tour lundi dernier dans les suggestions de la semaine.

Alors que je proposais  »Survivre au progrès » de Mathieu Roy et Harold Crooks (présenté à la Foire Écosphère le 19 mai) comme étant une primeur, mes collègues me reprennent en me rappelant que Lisa-Marie en a fait la critique l’année dernière. Mes excuses ! Reste que la suggestion est légitime, puisqu’il est présenté ce week-end à Montréal.

2e suggestion : le documentaire allemand  »La maladie du sommeil ».

Toutefois, je n’ai pas eu le temps d’en parler, je me suis fait couper sous prétexte que ce film avait lui aussi été traité à l’émission ! Qu’est-ce que j’apprends plus tard autour d’un verre de sangria avec mes comiques collègues? C’est pas vrai, on en a jamais parlé à Générique ! Un d’eux a voulu blaguer, et voyant que les autres embarquaient, a été pris au dépourvu !

Alors à toute l’équipe de Générique, je vous dis merci de m’avoir fait passer pour une  belle perdue en ondes !

Et à vous chers auditeurs et auditrices, je vous donne tous les détails de ma dernière suggestion que je n’ai pas pu partager, puisque Claude en a tout de suite profité pour présenter  »les films si évident qu’on aurait dû suggérer à l’occasion de la fête de la Reine/des Patriotes » ! l

À la semaine prochaine !

*

La maladie du sommeil, de Ulrich Köhler

Allemagne/France/Pays-Bas, 2011

La maladie du sommeil figure dans la liste des dix meilleurs films de 2011, selon la revue Cinemascope, au même titre que Tree of Life de Terence Malick et aussi Dreileben. De plus, le film a remporté l’Ours d’argent pour le meilleur réalisateur à la Berlinale 2011. De ce long métrage mystérieux et obsédant se dégage une ambiance inquiétante, un peu onirique tandis que la trame soulève une question complexe et épineuse, à savoir l’efficacité de l’aide internationale. Les Allemands Ebbo et Vera Velten résident depuis longtemps sur le continent africain où Ebbo dirige un
programme sur la maladie du sommeil. Lorsque Vera rentre en Allemagne, Ebbo sent
que sa vie s’effrite, mais il est incapable de retourner au pays, désormais pris entre
deux mondes. (Extrait du communiqué)

En allemand avec sous titres français
17 et 18 mai à 19h à la Goethe Institut

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s