D’une troublante banalité

Un amour de jeunesse (1h50, France) 

Avec : Lola Créton, Sébastian Urzendowsky
Réalisatation : Mia Hanse-Love

Camille, 15 ans. En amour avec Sullivan. Pas juste en amour, elle se nourrit de cette relation, elle en souffre. Les propos de sa mère le prouvent : tu étais si gai avant, depuis que tu sors avec ce garçon, tu ne cesses de pleurer. Ce qui cloche, c’est que Sullivan ne semble pas être aussi impliqué dans la relation. Probablement parce qu’il part pour un long voyage, en Amérique du Sud.

C’est là que j’ai une réserve. Ils sont supposément en amour par-dessus la tête. Mais la fille souffre de cet amour, et le gars a l’air complétement détaché. Il n’y a pas de chimie entre les deux, seulement un combat constant. Et ce, dès le début, sans nous montrer l’évolution de leur amour, leur rencontre. On embarque directement dans la douleur de leur union. Cet impression de détachement du personnage de Sullivan et de manque de passion est accentuée par la trop grande présence du texte dans l’expression de Sullivan, qui est tout sauf naturelle.

C’est prévisible, après le départ de Sullivan, Camille plonge dans une dépression. Tentative de suicide, difficulté à s’abandonner avec d’autres hommes. Elle est littéralement éteinte. Il lui envoie des lettres, sur lesquelles elle s’accroche. Un jour, elle reçoit une lettre d’adieu. Écrire à Camille est trop souffrant, l’idée qu’elle lui en veut d’être partie pèse sur lui, et il veut se débarrasser de ce poids. Une très belle lettre, en fait un des deux seuls moments ou j’ai senti de l’émotion chez Sullivan (Il y a une autre lettre, plus tard dans l’histoire).

La jeune Camille va se rallumer quand se développe quelque chose avec un de ses professeurs d’architecture. Selon ses dires, elle est heureuse. Mais de façon général, le personnage de Camille n’est pas très expressif. Alors heureuse ou pas, difficile à dire.

Autre aspect qui cloche, son nouvel amoureux/professeur est beaucoup plus vieux. Son âge exact? On le ne sait pas, parce qu’à aucun moment dans le film, on ne fait mention de la différence d’âge. Personne ne semble éprouver de réticence. Ce qui est bien en un sens parce que l’histoire de la jeune qui sort avec le vieux et qui doit se défendre, on l’a déjà vu. C’est rafraichissant des films ou il se passe des choses sans qu’on en fasse mention (par exemple la présence d’un acteur noir, d’une personne avec de l’embonpoint ou d’un homosexuel). Ces petits détails qui sont là sans qu’on le dise, il y en a beaucoup dans Un amour de jeunesse.

Un jour, revient dans le décor ce cher Sullivan. Camille semble revivre. Ils entretiennent une affaire extraconjugale, encore plus passionnée que dans leur jeunesse. Après tout ce temps, l’amour est toujours présent? Difficile à croire, et surtout, très cliché. Et ensuite, même scénario, Sullivan lui envoie une belle lettre qui lui dit que c’est trop dur, qu’il doit s’éloigner pour se protéger.

Petite déprime, et hop, on reprend comme avant. Son conjoint ne s’est rendu compte de rien, elle reste avec lui, comme si de rien était. Désolé de dévoiler le punch, si on peut appeler ça un punch.

Les thèmes de la séparation et de la solitude sont souvent abordés par la réalisatrice Mia Hanse-Love. Pour Un amour de jeunesse, c’est réussi. La solitude est l’impression première qu’il nous reste après le film, une espèce de vide. Le film s’étend sur une longue période de temps, on entre dans l’univers de Camille, et son univers nous pénètre. Je ne suis pas sortie de la salle très joyeuse, quoi qu’il n’y ait rien de vraiment dramatique. Et c’est ce qui nous atteint le plus, c’est la banalité de l’histoire, qui pourrait arriver à tout le monde, et c’est là que c’est épeurant.

Jusqu’au 19 juillet 2012 au Cinéma Beaubien et Excentris

Critique de l’émission du 16 juillet 2012

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s